Domaines de recherche

Durant ces dernières décennies, la recherche cardio-vasculaire a accompli plus de progrès qu'elle n'en avait réalisés pendant des siècles. On a fait du chemin! Pourtant, notre standard actuel élevé ne doit pas nous faire oublier que l'essentiel de ce que la médecine est capable de réaliser en matière de maladies cardio-vasculaires se résume à traiter les symptômes et non les causes, et que nous continuons d'être démunis devant bon nombre d'affections. Ce n'est qu'en poursuivant la recherche que nous pouvons espérer opposer des thérapies causales à ces maladies.

Athérosclérose

En Suisse, près de 40% des décès sont dus à des affections causées par l’athérosclérose, c’est-à-dire à des troubles de la circulation artérielle. Les manifestations les plus caractéristiques et les plus fréquentes de l’athérosclérose sont l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde, l’attaque cérébrale et les troubles circulatoires des membres inférieurs. Bien que l’athérosclérose soit l’objet de recherches intensives, on en sait toujours trop peu sur cette maladie. Comment l’endothélium (paroi interne des artères) parvient-il à maintenir ses propriétés jusqu’à un âge avancé? Pourquoi, par exemple, l’endothélium est-il si sensible aux facteurs de risque connus que sont le tabagisme, l’hypertension artérielle ou l’hypercholestérolémie? Comment les plaques d’athérome se forment-elles? Pourquoi toutes les artères de l’organisme ne sont-elles pas égales devant l’athérosclérose? Comment améliorer le traitement de ces maladies?

Troubles du rythme cardiaque

En cas de tachycardie (forte accélération des battements) comme, par exemple, la fibrillation auriculaire, il existe des risques de complications à type de thrombose et d'embolie pouvant entraîner une attaque cérébrale, un infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque, voire l’arrêt cardiaque.

Les chercheurs qui se préoccupent des troubles du rythme cardiaque explorent actuellement la piste des processus et des substances endogènes (produits par le corps humain) capables d’empêcher le cœur de perdre le bon rythme. Les chercheurs espèrent pouvoir recourir à de nouvelles substances actives pour stabiliser les membranes du myocarde et donc prévenir les arythmies. On étudie aussi les propriétés de substances naturelles comme les acides gras oméga-3, présents dans les aliments ou les plantes. Enfin, on poursuit le développement de nouveaux appareils efficaces pour stimuler électriquement le cœur.

L'insuffisance cardiaque

On estime qu’il y a quelque 150'000 personnes qui souffrent d’insuffisance cardiaque en Suisse. La majorité d’entre elle a plus de 70 ans. L’insuffisance cardiaque est la principale cause d’hospitalisation chez les plus de 65 ans. La progression prévisible de cette maladie chronique (progression due à l’allongement de l’espérance de vie) et son mauvais pronostic font de l'insuffisance cardiaque un important sujet de recherche. On se pose notamment les questions suivantes: Peut-on remplacer des tissus nécrosés afin de maintenir le plus longtemps possible la fonction cardiaque? Pourquoi les cellules cardiaques excessivement sollicitées ne sont-elles plus aussi élastiques que les cellules saines? La stimulation électrique permet-elle de renforcer les capacités de pompage du cœur et le processus de contraction? Comment améliorer la qualité de vie des insuffisants cardiaques?

L'attaque cérébrale

Il y chaque année 16'000 victimes d’attaque cérébrale en Suisse. La plupart des personnes concernées sont âgées, mais une sur six a moins de 65 ans. Un quart des victimes meurent, un tiers restent handicapées, certaines lourdement. Il est urgent de poursuivre la recherche sur l’attaque cérébrale et l’hémorragie cérébrale, puisque l’origine de 20% à 30% de ces accidents n’est pas claire. On se pose notamment les questions suivantes: Existe-t-il des facteurs de risque d’attaque cérébrale encore méconnus? Comment identifier et exclure ces risques? Comment développer des mesures thérapeutiques plus efficaces et plus sûres pour rétablir la circulation dans les artères cérébrales obstruées? Comment promouvoir la réadaptation des victimes d’attaque cérébrale?

Quelques autres domaines

L'hypertension artérielle

L'hypertension artérielle est une maladie très répandue qui, à défaut d'être traitée, lèse les parois internes des artères et finit par susciter l'une ou l'autres des maladies cardio-vasculaires que l'on connaît. Dans les pays occidentaux industrialisés, 20% de la population est concernée par l'hypertension artérielle. On sait déjà qu'une sévère réduction de la présence de sel dans l'alimentation constituerait l'une des mesures préventives les plus efficaces. Les chercheurs se penchent aussi sur les gènes qui seraient susceptibles de conditionner l'hypertension artérielle. D'autres chercheurs étudient l'effet des principaux médicaments antihypertenseurs sur divers groupes de patients.

Maladies des valvules cardiaques

Les malformations, les inflammations ou les pathologies des valves cardiaques causent immanquablement des troubles circulatoires pouvant conduire, dans les cas sévères, à l'insuffisance cardiaque, voire à la mort. La recherche s'intéresse surtout aux inflammations capables de causer des malformations valvulaires, au développement de valves artificielles capables de réduire le risque de formation de caillot, ainsi qu'aux alternatives à la pose de valves artificielles.

Cardiopathies congénitales

Près de 1% des nouveau-nés présente une cardiopathie congénitale. Si l'on ne traite pas ces enfants (il requièrent généralement plusieurs opérations), la plupart mourra au cours de la première année. Les chercheurs s'attachent à découvrir quels facteurs peuvent conduire à une malformation dans l'embryon déjà, comment diagnostiquer une malformation cardiaque en cours de grossesse, et comment améliorer encore le traitement.


En savoir plus

Encouragement de la recherche

Encouragement de la recherche par la Fondation Suisse de Cardiologie

Comment peut-on prévenir l'infarctus du myocarde ? Le cœur peut-il être protégé contre le vieillissement ? Comment améliorer le traitement de la fibrillation auriculaire afin d'éviter les attaques cérébrales et la démence ? La brochure apporte des réponses et offre un nouvel aperçu de la recherche cardiovasculaire suisse.

Commander ici

[Translate to Französisch:] spenden

La Fondation Suisse de Cardiologie soutient des projets de recherche pour mieux aider les patients à l'avenir. Vous aussi, aidez en faisant un don.

Partager le site Internet