L’attaque cérébrale peut frapper n’importe qui, n’importe quand

Les chiffres sont impressionnants

L’attaque cérébrale...

... est fréquente: elle frappe en Suisse toutes les 30 minutes.

... est un danger de mort: un quart des victimes en meurent.

... requiert d’agir vite: une victime d’attaque cérébrale sur trois arrive à l’hôpital trop tard pour recevoir un traitement efficace (au-delà du délai d’intervention de 6 heures après le début des symptômes).

... peut frapper n’importe qui: 15% des personnes touchées ont moins de 65 ans.

En cas d’attaque cérébrale, chaque minute compte

L’attaque cérébrale est causée par un trouble circulatoire. Dans la grande majorité des cas, le responsable est un caillot de sang (thrombus) qui obstrue un vaisseau sanguin du cerveau. La zone du cerveau concernée ne reçoit plus assez d’oxygène et de nutriments, des activités importantes de l’organisme (mouvement, vue, parole) cessent alors de fonctionner. Plus l’alimentation sanguine est rétablie rapidement, moins de cellules nerveuses seront endommagées ou mourront. Par conséquent, chaque minute gagnée pour arriver à l’hôpital est précieuse pour le patient!

Le traitement en phase aiguë consiste à dissoudre le caillot de sang par des médicaments ou à l’extirper du vaisseau sanguin à l’aide d’un cathéter. Si l’on y parvient rapidement, bien des décès et des handicaps peuvent être épargnés aux victimes d’attaques cérébrales.

Il est donc capital que la personne soit transportée en urgence, sans perdre de temps, dans un hôpital spécialisé où le diagnostic et le traitement auront lieu.

Liste des hôpitaux équipés d’un Stroke Center ou d’une Stroke Unit, unités spécialisées dans le traitement de l’attaque cérébrale.

Mémorisez les principaux symptômes!

  • Soudain affaiblissement, paralysie ou troubles sensitifs, le plus souvent d’un seul côté du corps (visage, bras ou jambe)
  • Cécité subite (souvent d’un seul œil) ou vision double
  • Difficultés à parler ou à comprendre ce qui est dit

Plus d’informations sur les symptômes et les signes précurseurs de l’attaque cérébrale

Réagissez vite et bien!

Si l’un des symptômes suivants se manifeste:

  • Appelez immédiatement le numéro d’urgence 144.
  • Demandez un transfert à l’hôpital le plus proche équipé d’un centre cérébro-vasculaire (Stroke Center ou Stroke Unit), spécialisé dans le traitement des victimes d’attaque cérébrale.

Liste des Stroke Centers et Stroke Units par ordre alphabétique des localités

L’attaque cérébrale est rarement un coup de tonnerre dans un ciel serein

Chez une personne touchée sur trois, des signes précurseurs la précèdent. Il s’agit de troubles passagers de la circulation sanguine qui se manifestent sous forme de «mini-attaques» ou «éclipses cérébrales» et que l’on appelle accidents ischémiques transitoires (AIT). Les mêmes symptômes se produisent que lors d’une «vraie» attaque cérébrale, mais ils ne durent que quelques minutes, par exemple une paralysie soudaine mais brève d’un bras ou un trouble passager de la vue.

Du fait que les symptômes d’AIT s’estompent rapidement, il est fréquent que les personnes touchées ne les prennent pas au sérieux. Or, bien souvent, l’AIT est un signe avant-coureur d’attaque cérébrale. Par conséquent, la réaction adéquate est de consulter sans tarder un médecin ou un hôpital pour pouvoir éviter une attaque cérébrale.

Mieux vaut prévenir...

Bonne nouvelle: environ la moitié des attaques cérébrales pourraient être évitées en adoptant un mode de vie sain.

  • Arrêtez de fumer. La ligne stop-tabac 0848 000 181 vous y aidera.
  • Ayez une activité physique régulière. Il suffit de 2½ heures par semaine, ou mieux, de 30 minutes par jour pour avoir un effet positif sur sa santé.
  • Veillez à une alimentation équilibrée, comprenant beaucoup de fruits et légumes, mais peu de sel.
  • Maintenez votre poids corporel dans la norme. En cas de surcharge pondérale, perdez du poids progressivement.
  • Accordez-vous régulièrement des plages de détente au quotidien. Évitez le stress permanent.
  • Faites contrôler votre tension artérielle une fois par an par un-e professionnel-le de la santé.
  • Il est conseillé de faire contrôler son taux de lipides sanguins à partir de 40 ans tous les cinq ans, plus souvent en cas de prédisposition familiale.
  • En cas de soupçon de diabète et/ou de prédisposition familiale, faites contrôler votre taux de glycémie au moins une fois par an.


En savoir plus

Prévenir l’attaque cérébrale – reconnaître les symptômes

Prévenir l’attaque cérébrale – reconnaître les symptômes

Les attaques cérébrales auraient moins d'issues tragiques si l'on s'attachait à mieux les prévenir, si l'on savait en identifier sûrement et rapidement les signes précurseurs et les symptômes. La brochure vous dit tout sur le bon comportement en cas d'urgence, sur les méthodes diagnostiques et thérapeutiques.

Commander ici


Vivre après l'attaque cérébrale

Guide pour les victimes d'une attaque cérébrale et leurs proches. Les malades apprennent comment reconstruire leur vie au quotidien, quels sont les spécialistes qui les accompagneront et les moyens auxiliaires à leur disposition. Des informations détaillées sur les prestations de conseil et de soutien encouragent à appréhender activement la période de réadaptation après une attaque cérébrale.

Commander ici

Partager le site Internet