Facteurs de risque chez la femme

Biologiquement, les femmes sont mieux protégées que les hommes des modifications pathologiques de leurs artères. Selon les actuelles connaissances scientifiques, elles le doivent principalement à leurs hormones féminines, jusqu’à la ménopause. Ensuite, cette action protectrice s’estompe. En outre, de nombreuses femmes se rapprochent toujours plus d’un mode de vie «masculin». En bonne partie à cause de leur tabagisme et, toujours plus, du fait de leurs multiples sujétions à un stress chronique.

Les principaux dangers pour le cœur et les vaisseaux des femmes sont:

Le tabagisme
Ses effets destructeurs sont encore renforcés par la combinaison avec des moyens contraceptifs hormonaux.

Une tension artérielle élevée
Parmi d’autres facteurs, la prise de la pilule anticonceptionnelle ou une grossesse peut aussi entraîner une hausse de la tension artérielle. Or l’hypertension est le principal facteur de risque d’attaque cérébrale.

Un excès de lipides sanguins (cholestérol)
Un taux de cholestérol élevé va le plus souvent de pair avec une augmentation du "mauvais" cholestérol LDL. Quant au «bon» cholestérol HDL, il exerce une action protectrice sur les artères. Jusqu’à la ménopause, les femmes ont en principe plus de "bon" cholestérol que les hommes. Mais les femmes peuvent aussi manquer de cholestérol HDL. Cela se voit par exemple en cas de tabagisme prononcé, si l’on a un tour de taille exagéré, un diabète ou une affection héréditaire. Après la ménopause, on constate que plus de la moitié des femmes ont trop de lipides (graisses) dans le sang et qu’ils sont plus élevés en moyenne que chez les hommes du même âge.

Le surpoids, l’obésité
Le surpoids est un danger pour la santé – en particulier pour le cœur, et notamment lorsque les graisses s’accumulent dans la région abdominale. Or c’est précisément l’un des effets les plus fréquents de l’après-ménopause.

Le diabète
Selon de nouvelles investigations, 265 000 personnes sont diabétiques en Suisse, dont la moitié de femmes. Les femmes atteintes de diabète sont plus exposées que les hommes à d’importantes séquelles de maladies cardio-vasculaires que les hommes.

L'alcool
Chez la femme, le seuil critique de consommation d’alcool est environ deux fois plus bas que chez l’homme. En tant que femme, ne buvez pas plus d’un à deux verres de vin par jour et, autant que possible, pas tous les jours. La consommation excessive d’alcool est liée au trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, la fibrillation auriculaire. On ne saurait en outre passer sous silence le risque d’addiction.

Manque d’exercice physique
La recette d’un cœur en bonne santé: La Fondaton Suisse de Cardiologie vous recommande de prendre de l'exercice physique 30 minutes par jour d’un coup ou par «portion» d'au moins 10 minutes chacune.

Le stress
Les femmes stressés en permanence ont un risque aggravé d'infarctus du myocarde. Sans compter que le stress lui-même fait le lit d'autres facteurs de risque comme le tabagisme, l'hypertension artérielle, une alimentation peu saine et le surpoids.


En savoir plus

www.femmeetcoeur.ch

Partager le site Internet