Femme&Cœur

Les femmes entre 35 et 64 ans sont plus rarement touchées que les hommes du même âge par un infarctus du myocarde ou une attaque cérébrale. On comprend mieux pourquoi la médecine et la prévention ont longtemps privilégié les études portant sur les hommes. A tort cependant, comme le reconnaît de plus en plus la recherche scientifique, car un infarctus du myocarde n’est pas qu’une affaire d’hommes et les femmes sont même plus nombreuses qu’eux à devoir affronter de sérieuses séquelles après une attaque cérébrale.

Partager le site Internet