Prix-HELP 2016

Evelyne Bürgi, lauréate, a sauvé la vie à son mari Arthur
Evelyne Bürgi, lauréate, a sauvé la vie à son mari Arthur

Evelyne Bürgi a fait quelque chose qu'elle n'aurait jamais imaginé: elle a sauvé son mari de la mort subite cardiaque. Grâce à sa volonté de fer et au soutien des sauveteurs du numéro d'appel d'urgence 144, son mari continue à partager sa vie.

Le choc a été si profond que plus d'un an après, Evelyne Bürgi a encore du mal à trouver ses mots quand elle raconte son histoire. Elle montre le fauteuil en cuir marron du salon: «Ce fauteuil est un énorme symbole pour nous deux», dit-elle. En février 2015, Arthur Bürgi était assis tout comme aujourd'hui dans ce fauteuil lorsque sa femme sortit de la cuisine et approcha par derrière. Son mari avait la tête inclinée en arrière et la bouche ouverte. Aucune réaction, même lorsqu'elle lui caresse la tête. Pas de respiration, rien. Elle le secoue. Tout à coup, elle est en proie à un sentiment entièrement inconnu: «J'ai été envahie par une solitude effrayante.» Elle sait immédiatement qu'il faut agir très vite. Elle tire son mari du fauteuil et l'allonge sur le sol. Elle saisit ensuite le téléphone et compose le numéro d'appel d'urgence 144.

«Êtes-vous capable de faire un massage cardiaque?», demande la voix par le haut-parleur du téléphone. Elle se rappelle vaguement ses notions de réanimation. «J'ai tout de suite dit oui, j'ai déboutonné sa chemise et commencé à appuyer», raconte-t-elle. Quel sera le dénouement? Elle n'en sait rien. Mais ce n'est pas le moment de douter. «Je me sentais tellement seule, mais en même temps, j'ai mobilisé des forces surhumaines», dit-elle. Le sauveteur du 144 l'accompagne, il est son seul lien avec l'extérieur. La voix l'encourage au téléphone: «Vous faites ça très bien, Madame Bürgi, continuez comme ça.» En même temps, la voix la tient au courant de la progression de l'ambulance: «L'équipe est près du Tribunal administratif fédéral, elle arrive tout de suite, Madame Bürgi.» Des images lui traversent l’esprit: son mari, leurs filles, la famille, et se condensent en une seule pensée: qu'il survive. Aujourd'hui encore, ces images la hantent.

Elle ne sait pas pendant combien de temps elle a exercé les pressions sur la poitrine en alternance avec le bouche-à-bouche. Le rapport médical indique qu'Arthur Bürgi est resté sans activité cardiaque pendant 19 minutes. Finalement, la sonnette retentit à la porte, Evelyne Bürgi se lève, appuie sur le bouton de déverrouillage et retourne immédiatement à son poste pour continuer la réanimation. Elle entend des pas dans l'escalier, une équipe de secours de six personnes arrive en hâte. Le médecin d'urgence déballe un défibrillateur externe et essaye à plusieurs reprises de faire redémarrer le cœur. «Ces quelques minutes étaient terribles, je ne pouvais qu'espérer qu'il revienne à lui», raconte Evelyne Bürgi.

Enfin, le médecin pousse un soupir de soulagement et dit que le pouls est revenu. Arthur Bürgi est immédiatement transporté à l'Hôpital cantonal de Saint-Gall. Mais il n'a pas encore passé le cap: personne ne sait à ce moment s'il va survivre et si oui, avec quels handicaps. Au service de soins intensifs, il passe deux semaines dans le coma. Mais tout à coup, un matin, il ouvre les yeux et parle aux personnes qui se trouvent à son chevet. Il reconnaît tout le monde. L'émotion de cet instant est encore très vive: «C'était le plus beau moment de ma vie, un véritable cadeau!», raconte Evelyne Bürgi. Quand elle est allée remercier l'équipe médicale, on lui a répondu: «Madame Bürgi, c'est vous qui avez fait le principal! Sans votre intervention, nous n'aurions plus rien pu faire.»

Maintenant âgé de 75 ans, Arthur Bürgi se porte bien. Un défibrillateur automatique (DAI) lui a été implanté pour parer à tout nouvel accident. Il n'a rien senti du drame de son cœur à l'arrêt. Il ne se rappelle pas non plus les jours passés aux soins intensifs et il a du mal à se représenter ce qui lui est arrivé. Ce qui est sûr, c'est qu'il est profondément reconnaissant à sa femme de lui avoir sauvé la vie. Evelyne Bürgi reçoit le Prix de sauvetage HELP 2016 de la Fondation Suisse de Cardiologie en même temps que les autres lauréats: Willy Schlup et Patrick Walter, Margo Schlup, Harry Klinger et Dogukan Durmaz ainsi que Peter von Känel.

Partager le site Internet