Prix-HELP 2009

Chacun d’entre eux a réussi à sauver une vie: Bruno Kurt, Andrea Ammon et Jonas Lanter (de gauche à droite)
Chacun d’entre eux a réussi à sauver une vie: Bruno Kurt, Andrea Ammon et Jonas Lanter (de gauche à droite)

Le 7 février 2008, Andrea Ammon, maître-nageuse, échange comme à l'accoutumée quelques mots avec un habitué de la piscine avant que celui-ci n'entre dans le bassin pour y nager ses 2 km habituels. Peu après, la personne assurant la surveillance interrompt une conversation téléphonique de la maître-nageuse pour l'alerter d'une urgence. Andrea Ammon reconnaît la silhouette inerte du nageur dans le bassin et, avec l'aide d'autres baigneurs, elle parvient à le tirer de l'eau. La sauveteuse prend alors la bonne décision: elle dit à la personne chargée de la surveillance d'appeler le numéro de téléphone 144 et envoie la professeure de natation chercher le défibrillateur. Pendant ce temps, notre lauréate met en route la réanimation cardio-pulmonaire. Elle délivre deux chocs à l'aide du défibrillateur avant l'arrivée des secours qui prennent alors le patient en charge. Grâce à l'intervention rapide et compétente d'Andrea Ammon, celui-ci peut ensuite être transporté à l'hôpital dans un état stable.

Le 21 février 2007, Bruno Kurt est en route vers le terrain de tennis pour y préparer son prochain cours lorsqu'il entend soudain des joueurs appeler à l'aide. L'un d'eux a perdu connaissance sur le court de tennis. Un coéquipier appelle les secours au numéro de téléphone 144 tandis que notre lauréat va immédiatement chercher la mallette de premiers secours du centre de tennis de Münsingen, laquelle est équipée d'un défibrillateur et d'oxygène. Après administration d'un choc électrique et massage cardio-pulmonaire, le patient revient à lui au bout d'environ cinq minutes et Bruno Kurt le met sous oxygénation. Peu après, les services de secours de Berne emmènent le patient à l'Hôpital de l'Île où, grâce à l'intervention rapide et compétente de son sauveteur, aucune séquelle neurologique n'est constatée. Aujourd'hui, cette personne peut à nouveau s'adonner à des activités sportives, par exemple le ski.

Le 16 février 2009, Jonas Lanter a rendez-vous avec un ami pour déjeuner. Comme l'ami n'est pas au rendez-vous et ne répond pas au téléphone, notre sauveteur se rend au domicile de celui-ci. À sa grande frayeur, il découvre le corps inerte de son ami sur le sol. Pour ne pas perdre un temps précieux, il entreprend immédiatement la réanimation. Il pratique la réanimation cardio-pulmonaire sans arrêt jusqu'à l'arrivée du personnel médical. Jonas Lanter en aura des courbatures pendant plusieurs jours, mais ses efforts de réanimation ont porté leurs fruits: suite à plusieurs défibrillations pratiquées à l'hôpital, l'état du patient se stabilise. Il peut finalement rentrer chez lui sans avoir de séquelles

Partager le site Internet