Newsroom

Un AVC à l’école de recrues: Lucien Müller (23 ans) raconte son histoire

Le traitement de l’attaque cérébrale (accident vasculaire cérébral, AVC) permet d’éviter de plus en plus de décès et de lésions durables chez les personnes touchées. Mais nombre d’entre elles arrivent trop tard à l’hôpital. La campagne «Reconnaître l’attaque cérébrale. Sauver des vies.» de la Fondation Suisse de Cardiologie a pour but que davantage encore de personnes reconnaissent les symptômes de l’attaque cérébrale et y réagissent correctement. Cela permettrait de sauver plus de vies humaines, comme Lucien Müller, 23 ans, en a par exemple eu la chance.

Il n’est pas près d’oublier cette journée à l’école de recrues de Payerne, il y a trois ans. Alors âgé de 20 ans, Lucien Müller, originaire de Schaffhouse, se préparait à un exercice pour lequel il fallait se maquiller le visage avec des sticks de camouflage. Mais le stick vert foncé lui glissa de la main. Un collègue lui en fit la remarque et il bafouilla une réponse. Au début, tous crurent à une plaisanterie, seule une collègue pensa au pire et appela immédiatement les secours. «Je suis drôlement content qu’elle ait tout de suite fait le lien entre mon trouble de la parole et l’attaque cérébrale», dit Lucien Müller. L’ambulance le transporta à la Stroke Unit de l’Hôpital cantonal de Fribourg.


Sauver plus de vies humaines

Des médicaments fortement anticoagulants furent administrés au jeune homme pour dissoudre le caillot de sang qui bloquait une artère de son cerveau. Il n’a plus de séquelles de l’attaque cérébrale. Ces dernières années, le traitement de l’attaque cérébrale aiguë a fait de grands progrès, les succès des traitements sont impressionnants. Mais nombre de victimes arrivent encore trop tard à l’hôpital, le plus souvent parce que les témoins ne connaissent pas les signaux d’alarme et commencent par attendre de voir comment la situation évolue. Si la population était mieux informée, on pourrait sauver beaucoup plus de vies humaines et éviter beaucoup plus de handicaps.

En cas d’attaque cérébrale, chaque minute compte
Une paralysie subite, le plus souvent d’un seul côté, des troubles de l’élocution et de la vue sont des signes d’attaque cérébrale. Dans ce cas, il faut alerter immédiatement le numéro d’appel d’urgence 144 sans hésiter. Lors d’une attaque cérébrale, les zones du cerveau mal irriguées en sang cessent rapidement de fonctionner et meurent. Il est capital de rétablir rapidement l’approvisionnement en sang et donc en oxygène. Plus le traitement est mis en route rapidement dans un hôpital équipé d’un Stroke Center ou d’une Stroke Unit, plus les chances sont grandes que la victime survive et n’ait que peu de séquelles.

Reconnaître l’attaque cérébrale. Sauver des vies.
Réagir rapidement sauve des vies. Car en cas d’urgence, chaque minute compte. En présence de l’un de ces symptômes, appelez immédiatement le numéro d’urgence 144:

  • Paralysies: soudaine paralysie, troubles sensitifs ou affaiblissement, le plus souvent d’un seul côté du corps (visage, bras ou jambe)
  • Troubles de la parole: difficultés à parler ou à comprendre ce qui est dit
  • Troubles de la vue: cécité subite (souvent d’un seul œil) ou vision double
  • Vertiges: vertiges violents avec incapacité à marcher
  • Maux de tête: maux de tête soudains, intenses et inhabituels

Vous trouverez plus d’informations sur l’attaque cérébrale, les signes précurseurs et comment y réagir sur notre site www.attaquecerebrale.ch

Partager le site Internet