Newsroom

Lorsque l’attaque cérébrale survient pendant le sommeil

Chaque année en Suisse, environ 16'000 personnes sont victimes d’une attaque cérébrale, dont environ une sur cinq se produit pendant le sommeil. Actuellement, pour nombre de ces cas, on ne dispose pas d’un traitement autorisé. Une étude soutenue par la Fondation Suisse de Cardiologie pourrait y remédier.

Une personne touchée sur cinq en meurt, une sur trois reste handicapée, parfois gravement. L’attaque cérébrale est ainsi la cause la plus fréquente d’invalidité non congénitale et la troisième cause de mortalité après les maladies cardio-vasculaires et le cancer. Grâce aux progrès de la recherche, les spécialistes des centres cérébro-vasculaires peuvent aujourd’hui venir en aide à de nombreuses victimes.

L'attaque cérébrale pendant le sommeil

Si le vaisseau sanguin obstrué est suffisamment gros, le caillot peut être retiré à l’aide d’un fin cathéter artériel introduit à l’aine. L’extrémité du cathéter est munie d’un maillage métallique avec lequel le médecin saisit et extrait le caillot. Cette méthode est appelée thrombectomie mécanique.

Si des vaisseaux sanguins plus fins sont obstrués, on emploie la thrombolyse, c’est-à-dire l’injection intraveineuse de médicaments anticoagulants puissants pour dissoudre le caillot. Le problème est que plus le délai est long entre l’attaque cérébrale et le traitement, moins la thrombolyse est efficace. C’est pourquoi ce traitement n’est actuellement autorisé que jusqu’à 4,5 heures après apparition des premiers symptômes.

Dr Joachim Fladt
«Je suis certain que grâce à notre étude, nous pourrons venir en aide à un plus grand nombre de victimes d’attaque cérébrale.» Dr Joachim Fladt, médecin chercheur, Stroke Center de l’Hôpital universitaire de Bâle

Or, chez environ un-e patient-e sur cinq, on ne sait pas exactement quand l’attaque cérébrale s’est produite car elle survient pendant le sommeil. Ce n’est qu’au réveil que la personne remarque les symptômes. Et comme le délai n’est pas clair, il n’y a actuellement pas de traitement autorisé pour ces patient-e-s si ce sont de fins vaisseaux qui sont touchés.

Une étude au potentiel important
Au Stroke Center de l’Hôpital universitaire de Bâle, une étude recherche comment repérer par tomodensitométrie (scanner, CT) les patient-e-s pour lesquel-le-s une thrombolyse pourrait être avantageuse, même si l’on ne sait pas exactement quand l’attaque cérébrale a eu lieu. «Le scanner est un examen rapide et tous les centres cérébro-vasculaires disposent de l’équipement», dit le docteur Joachim Fladt, l’un des médecins responsables de l’étude.

Le médicament employé dans cette étude est en outre différent du médicament standard: il est plus facile à utiliser et dissout les caillots de manière plus spécifique, explique-t-il. Les résultats de cette étude auront une influence directe sur le traitement aigu des patient-e-s qui subissent une attaque cérébrale pendant leur sommeil et étaient jusqu’à présent exclu-e-s du traitement intraveineux. «Je suis certain que grâce à notre étude, nous pourrons venir en aide à un plus grand nombre de victimes d’attaque cérébrale», affirme Joachim Fladt. 

La Fondation Suisse de Cardiologie soutient la recherche scientifique
La Fondation Suisse de Cardiologie encourage de manière ciblée des projets de recherche qui bénéficient directement aux patient-e-s. Ainsi entre autres ce projet sur l’attaque cérébrale par un montant notable de 100'000 francs. Hélas, il y a un fossé profond entre les montants dont la recherche a besoin et les fonds disponibles. En 2019, sur 121 requêtes reçues, la Fondation Suisse de Cardiologie a pu soutenir 35 projets de recherche par un montant total de 2,5 millions de francs. En raison des fonds limités, elle a dû refuser les autres, y compris de haute qualité.

Voulez-vous plus d’informations sur notre encouragement de la recherche?
Commandez notre brochure sur la recherche.


Renseignez-vous

Reconnaître l’attaque cérébrale. Sauver des vies.
Réagir rapidement sauve des vies. Car en cas d’urgence, chaque minute compte. En présence de l’un de ces symptômes, appelez immédiatement le numéro d’urgence 144:

  • Paralysies: soudaine paralysie, troubles sensitifs ou affaiblissement, le plus souvent d’un seul côté du corps (visage, bras ou jambe)
  • Difficultés à parler ou à comprendre ce qui est dit
  • Troubles de la vue: cécité subite (souvent d’un seul œil) ou vision double
  • Vertiges: vertiges violents avec incapacité à marcher
  • Maux de tête soudains, intenses et inhabituels

Vous trouverez plus d’informations sur l’attaque cérébrale, les signes précurseurs et comment y réagir sur notre site www.attaquecerebrale.ch

Partager le site Internet