Newsroom

Elle jongle avec les opérations cardiaques

Pour que les chirurgien-ne-s cardiaques puissent faire leur travail, Luzia Lüthi doit planifier les rendez-vous avec le plus grand soin. Mais avant que chaque patient-e soit prêt-e et la date de l’opération fixée, il faut souvent surmonter un certain nombre d’obstacles.

Ce matin, Luzia Lüthi parle au téléphone avec un patient cardiaque, appelons-le Josef Käslin. Il a besoin d’une nouvelle valve cardiaque et voudrait savoir quand est son rendez-vous au service de chirurgie cardiaque de l’Hôpital cantonal de Lucerne (LUKS). Il aimerait en finir le plus vite possible avec cette opération.

Mais Luzia Lüthi est obligée de le décevoir, car il n’a pas encore consulté de dentiste. «J’ai une prothèse dentaire», répond Josef Käslin, «je n’ai pas besoin de dentiste.» Patiemment, Luzia Lüthi lui explique qu’il n’est pas exclu qu’un chicot de racine présentant une inflammation soit encore présent dans sa gencive. Après l’opération, les bactéries risqueraient alors de s’attaquer à sa nouvelle valve cardiaque, mettant en danger le pronostic vital. Elle ne pourra lui fixer un rendez-vous que quand son dossier dentaire sera arrivé.

Luzia Lüthi
Luzia Lüthi: «Une hospitalisation bien planifiée réduit le stress.»

Luzia Lüthi suit les patient-e-s dès le début, c’est-à-dire à partir de l’inscription pour une opération, jusqu’à leur départ de l’hôpital. Pendant tout ce temps, elle est l’interlocutrice de la personne concernée et de ses proches pour leurs questions, soucis et malheurs. C’est pour cela qu’elle a abandonné son ancienne désignation de «case manager» au profit de «coordinatrice des patients». «Pour moi, case est un terme trop dur, comme si on parlait d’un objet. Nous ne nous occupons pas de cas, mais de personnes humaines», dit-elle.

Sa journée commence par un rapport. Les patientes et patients sont-ils prêt-e-s? Les documents nécessaires sont-ils là? Les entretiens ont-ils eu lieu? Tous les exa-mens nécessaires ont-ils été effectués? S’il manque quelque chose, elle s’en occupe. Le mardi, elle parle du programme de la semaine prochaine avec le directeur de la chirurgie cardiaque, professeur Xavier Müller.

Mais en dépit d’une planification scrupuleuse, on ne peut jamais dire que le rendez-vous d’une opération soit définitivement fixé. Une urgence peut tou-jours bouleverser le programme des quatre chirurgiens cardiaques. Il faut alors beau-coup de talent d’organisation et Luzia Lüthi est comme un poisson dans l’eau: pour elle, c’est l’emploi rêvé. S’il faut repousser une opération pour la quatrième fois, il se peut néanmoins qu’elle perde patience. Il n’est en effet pas toujours facile d’assurer l’équilibre entre un bon suivi du patient et les contraintes de l’hôpital.

Le patient, la patiente doit être bien préparé-e et abor-der son opération sans stress. Elle met en place toutes les conditions qui y contribuent. Mais en dépit d’une excel-lente préparation, il y a des patient-e-s qui sont très stressé-e-s à l’hôpital. On pourrait l’éviter, affirme Luzia Lüthi: «avant d’entrer à l’hôpital, préparez tout ce dont vous aurez besoin pendant votre hospitalisation et après», conseille-t-elle, «car avant et après l’opération, vous devez vous concentrer sur vous-même, vous n’aurez pas le loisir de vous occuper de tâches d’organisation.»

Partager le site Internet