Réadaptation après une attaque cérébrale

Parmi toutes les personnes frappées par une attaque cérébrale, 1/5 à 1/3 en meurt immédiatement ou dans les six mois qui suivent l'accident. Environ un tiers en reste durablement handicapé, et un autre tiers récupère complètement de son attaque cérébrale. La persistance d'un handicap ne dépend pas seulement de la localisation et de l'étendue de la lésion dans le cerveau. Une bonne réadaptation joue un rôle important.

Aperçu

La réadaptation après une attaque cérébrale commence déjà à l'hôpital. Tous les moyens que l'on y utilise se donnent pour objectif que le patient récupère de son attaque cérébrale. Il doit surmonter cet accident grave, se réinsérer dans sa famille et dans la société pour y mener la vie la plus active possible. Au terme de son hospitalisation, il accomplit si nécessaire un séjour en clinique de réadaptation spécialisée. Pour que la réadaptation soit couronnée de succès, elle requiert avant tout que le patient collabore et mobilise sa volonté et sa motivation pour améliorer sa situation. Le terme réadaptation ne signifie pas d'abord se laisser soigner, mais être prêt à apprendre de nouvelles choses et à se réapproprier de meilleures sensations corporelles.

Les buts individuels de la réadaptation sont:

  • Restaurer ses capacités physiques et retrouver confiance dans son corps.
  • Maîtriser de nouveau le quotidien – avec ou sans aide extérieure.
  • Apprendre à s'en sortir au mieux avec d'éventuels handicaps.
  • Introduire les nécessaires modifications dans son mode de vie et les préserver à long terme.
  • Éviter ou réduire les conséquences psychiques et sociales de l'attaque cérébrale.

Déroulement de la réadaptation

Lors de la mise en place de la réadaptation, on établit un plan thérapeutique individuel entièrement centré sur les besoins du patient. En cas de troubles du langage, un traitement du langage (logopédie) est recommandé, lors de troubles de la mobilité ce seront une physiothérapie et éventuellement une ergothérapie. Il est difficile de dire quelle doit être la durée du séjour. Car après une attaque cérébrale, il n'est souvent pas aisé d'évaluer si un handicap va persister et avec quelle intensité. Une réadaptation peut durer quelques semaines, des mois ou dans de rares cas aussi plus d'une année. Il est important que le patient et ses proches fassent preuve de patience et s'exercent régulièrement. Des améliorations des fonctions perturbées sont toujours possibles. Selon le genre et l'étendue des limitations, on peut proposer plusieurs approches thérapeutiques.

Offres thérapeutiques

  • Soins médicaux: surveillance de l'état de santé, traitement de la maladie causale et des facteurs de risque
  • Soins: soutien lors de tâches journalières (repas, soins corporels, etc.), mise en œuvre de mesures médicales
  • Physiothérapie: kinésithérapie, entraînement de la force et de la coordination, entraînement marche et fauteuil roulant
  • Ergothérapie: répétition d'activités quotidiennes, par exemple s'habiller, manger, faire des soins corporels, faire des achats, s'occuper de la maison, usage correct des moyens auxiliaires, etc.
  • Logopédie: entraînement de la parole, du langage et de la voix, entraînement en cas de troubles de la déglutition, exercices de lecture et d’écriture
  • Neuropsychologie: faire le point sur les troubles de la perception et de la mémoire, entraînement de la mémoire, perception et concentration
  • Conseil en alimentation: informations sur une alimentation équilibrée, explication de besoins alimentaires particuliers
  • Thérapies créatives: faire de la musique, peindre, faire de la poterie ou du tissage pour améliorer ses capacités pratiques, sa concentration et pour se détendre
  • Traitement psychiatrique et conseil psychologique:aide et prise en charge lors de troubles et problèmes psychiques
  • Conseil d'ordre social: conseil et soutien lors de questions sociales, techniques en matière d'assurance et financières 

Objectifs de la réadaptation

Une attaque cérébrale peut endommager des fonctions tout à fait différentes de l'organisme. La réadaptation a pour objectif d'améliorer ces fonctions.

Conséquences de l'attaque cérébrale Objectifs et mesures de la réadaptation
Paralysies, par exemple d'une moitié du corps ou du visage Améliorer la mobilité
Apprendre des mouvements avec lesquels compenser les paralysies
Apprendre à utiliser des moyens auxiliaires et s'entraîner
Handicap de la marche Améliorer ses capacités à marcher
Apprendre à utiliser des moyens d'aide à la marche ou un fauteuil roulant
Troubles du langage (aphasie) Améliorer ses capacités de langage et de compréhension
Apprentissage d'autres moyens de communication
Troubles de la déglutition Traitement des troubles de la déglutition pour que le patient puisse à nouveau manger et boire
Explication de moyens permettant d'améliorer les troubles de la déglutition et la prise d'aliments
Troubles de la sensiblité, par exemple sensation de chaleur ou d'effleurement Améliorer la perception
Apprendre à vivre avec des troubles de la sensibilité
Troubles de la vision, par exemple vision double Améliorer la perception
Apprendre à faire les choses avec des troubles visuels
Troubles de la perception, par exemple de la reconnaissance des visages Améliorer la perception
Travailler sur des situations du quotidien
Apraxie, un trouble de l'action et de son déroulement Répéter sans se lasser des activités quotidiennes
Apprendre à composer avec des troubles apraxiques
Modifications des émotions Traitement des maladies psychiques
Conseil psychologique
Troubles de la mémoire Entraînement de la mémoire
Apprendre à gérer des troubles de la mémoire

Autres objectifs importants de la réadaptation:

Soins médicaux optimaux, y compris les mesures permettant d'éviter une seconde attaque cérébrale, Prise en charge de troubles psychiques, Explication de questions sociales, professionnelles et financières, Préparer sa sortie – pour regagner son domicile ou un autre lieu d'habitation

Planifier la vie après

Pendant la réadaptation, les patients et leurs proches doivent déjà penser à planifier la vie après la réadaptation. Le service social des organismes de réadaptation prodigue conseils et soutien, mais aussi les caisses maladie, l’AVS/AI, les services de soins, les services sociaux des communes, les ligues de santé et les associations en faveur des personnes âgées. En planifiant «La vie après», ne perdez pas de vue les questions suivantes:

  • Logement: puis-je toujours habiter mon domicile? Au cas où ce ne serait pas possible, quelles alternatives de logement me reste-t-il? Ma maison nécessite — elle des adaptations?        
  • Prise en charge: quels sont les soins dont j'ai besoin? Qui va s'occuper de mes soins? Comment organiser mes soins? De quel soutien ont besoin mes proches? Comment peut-on soulager mes proches?
  • Traitement: quand et chez quel médecin ont lieu les contrôles médicaux? Quels médicaments dois-je prendre? Dois-je suivre des traitements réguliers?
  • Profession: puis-je de nouveau travailler comme avant? Et sinon, quelles sont les possibilités qui me restent?
  • Finances: que devient ma situation financière? Qui paye les soins individuels et les prestations d'aide? Ai-je droit à une rente AI ou à un autre soutien financier?
  • Moyens auxiliaires: de quels moyens d'aide ai-je besoin? Où puis-je me les procurer? Qui va les payer?

En savoir plus

Vivre après l'attaque cérébrale

Guide pour les victimes d'une attaque cérébrale et leurs proches. Les malades apprennent comment reconstruire leur vie au quotidien, quels sont les spécialistes qui les accompagneront et les moyens auxiliaires à leur disposition. Des informations détaillées sur les prestations de conseil et de soutien encouragent à appréhender activement la période de réadaptation après une attaque cérébrale.

Commander ici

Services de consultation:

  • Fragile Suisse -  Association suisse pour patients victimes de lésion cérébral
  • CSA - Communauté suisse de travail pour l'aphasie
  • INSOS - Institutions sociales suisses pour personnes handicapées
  • Procap - Association Suisse des Invalides
  • Pro infirmis - L'organisation pour les personnes handicapées
  • FSIH - Fédération suisse pour l'intégration des handicapés
  • FSA - Fédération suisse des aveugles et malvoyants
  • Plusport - Sport Handicap Suisse
  • MIS - Mobility International Suisse

Moyens auxiliaires - Modifications de l'habitation

Soutien pour les proches

Partager le site Internet