Attaque cérébrale

L‘attaque cérébrale est la conséquence de troubles circulatoires dans le cerveau. Le cerveau ne reçoit plus suffisamment d'oxygène, les cellules cérébrales meurent en quelques minutes.

Les formes

On distingue plusieures formes d'attaque cérébrale:

  • L'infarctus cérébral ischémique (env. 85% de toutes les attaques cérébrales): un caillot de sang obstrue une artère cérébrale.
  • L'hémorragie cérébrale (env. 10% de toutes les attaques cérébrales): un vaisseau s'est déchiré dans le cerveau et du sang s’insinue à l'intérieur du tissu cérébral.
  • L'hémorragie sous-arachnoïdienne (env. 5% de toutes les attaques cérébrales): un vaisseau s'est déchiré dans la région des méninges et du sang s’accumule entre les méninges et le cerveau.

Causes

La cause la plus fréquente d’attaque cérébrale est, tout comme pour l’infarctus du myocarde, l’athérothrombose. Il apparaît une thrombose ou une embolie qui va obstruer un vaisseau. Une thrombose est un caillot sanguin qui se développe à l’endroit d’une modification artérioscléreuse du vaisseau. On parle d’embolie quand un fragment du caillot se détache de son point d’origine pour être déposé plus loin par le flux sanguin. Une tension artérielle élevée est un facteur de risque essentiel aussi bien d’infarctus cérébral que d’hémorragie cérébrale, tandis que l’hémorragie sous-arachnoïdienne est due le plus souvent à la rupture d’un renflement en forme de sac du vaisseau cérébral, appelé anévrisme.

Symptômes

L'attaque cérébrale se reconnaît dans la majorité des cas à un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • soudaine paralysie, troubles sensitifs ou affaiblissement, le plus souvent d’un seul côté du corps (visage, bras ou jambe)
  • cécité subite (souvent d’un seul œil) ou vision double
  • difficultés à parler ou à comprendre ce qui est dit
  • vertiges violents et incapacité à marcher
  • maux de tête soudains, inhabituels, intenses
  • le test FASTLe test FAST aide les profanes à «faire leur diagnostic»816 K

La survenue de symptômes d'attaque cérébrale constitue une urgence. Une hospitalisation rapide peut vous sauver la vie! Parfois, l'attaque cérébrale est précédée par des troubles circulatoires fugaces du cerveau (Attaque ischémique transitoire, ou AIT, dite mini attaque). Les symptômes de la mini attaque ne durent que quelques minutes puis disparaissent. Dans ce cas, il est important d'aller le jour même consulter un médecin pour prévenir une véritable attaque.

Traitements

Depuis plusieurs années, on dispose de la thrombolyse intraveineuse (thrombus = caillot sanguin; lyse = dissolution) pour traiter les attaques cérébrales. Dans le cas de grands infarctus, on utilise de plus en plus souvent un instrument appelé stent-retriever. Il s’agit d’un moyen mécanique d’enlever de gros caillots de sang.


En savoir plus

Prévenir l’attaque cérébrale – reconnaître les symptômes

Prévenir l’attaque cérébrale – reconnaître les symptômes

Les attaques cérébrales auraient moins d'issues tragiques si l'on s'attachait à mieux les prévenir, si l'on savait en identifier sûrement et rapidement les signes précurseurs et les symptômes. La brochure vous dit tout sur le bon comportement en cas d'urgence, sur les méthodes diagnostiques et thérapeutiques.

Commander ici


Vivre après l'attaque cérébrale

Guide pour les victimes d'une attaque cérébrale et leurs proches. Les malades apprennent comment reconstruire leur vie au quotidien, quels sont les spécialistes qui les accompagneront et les moyens auxiliaires à leur disposition. Des informations détaillées sur les prestations de conseil et de soutien encouragent à appréhender activement la période de réadaptation après une attaque cérébrale.

Commander ici

Partager le site Internet