La fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est la forme la plus répandue d’arythmie cardiaque. Le cœur se contracte de manière à la fois anarchique, rapide et irrégulière. Ces contractions chaotiques empêchent alors le cœur de pomper correctement le sang.

Formes

La fibrillation auriculaire constitue un problème sérieux et nécessitera des examens médicaux et un traitement. La cause est une "tempête électrique" au niveau des oreillettes. Toute activité synchronisée a disparu et par conséquent l’effet mécanique (c’est-à-dire la contraction coordonnée des oreillettes) n’a plus lieu. Le cœur perd de sa force. Le ventricule peut momentanément compenser cette perte, mais à long terme l’épuisement de ses forces contractiles peut conduire à l’insuffisance cardiaque.

Types de fibrillation auriculaire:

  • La fibrillation auriculaire peut être paroxystique, c'est-à-dire qu'elle se manifeste sous forme de crise aigüe qui dure jusqu'à sept jours mais se termine ensuite de manière spontanée.
  • Elle peut être persistante, ce qui signifie qu'elle dure plus de sept jours et ne se termine pas spontanément.
  • Elle peut être permanente, ce qui est le cas des fibrillations auriculaires qui sont présentes chez le patient depuis plus de six mois/un an.

Conséquences possibles

En principe, l'apparition d'une fibrillation auriculaire ne représente généralement pas un danger aigu chez la personne touchée. Mais la fibrillation auriculaire est une maladie progressive, potentiellement dangereuse: elle augmente la mortalité car les personnes atteintes de fibrillation auriculaire ont un risque accru d'attaque cérébrale et d'insuffisance cardiaque.

La prévalence

Elle touche 4 % des personnes de plus de 60 ans, et la prévalence passe à 10 % chez les plus de 85 ans. En Suisse la fibrillation auriculaire touche déjà plus de 100'000 personne. La tendance démographique étant au vieillissement, la prévalence de la fibrillation auriculaire pourrait augmenter de manière significative.

Les causes

La fibrillation auriculaire peut être causée par une maladie cardiaque préexistante et aussi par d’autres facteurs comme l'alcoolisme, l'hypertension, ou une maladie thyroïdienne. Par conséquent, les personnes présentant ces facteurs de risque devraient donc se soumettre à des examens de santé réguliers afin de contrôler la bonne marche de leur rythme cardiaque.

Les symptômes

Dans beaucoup de cas, la personne souffrant de fibrillation auriculaire est victime de crises depalpitations qui peuvent durer jusqu'à plusieurs heures, ou qui peuvent même être permanentes. La fibrillation auriculaire peut également s'accompagner de sensations d'angoisse, d'oppression, de fatigue et d'essoufflement. Cependant, la fibrillation auriculaire dans 15-35 % des cas est asymptomatique, ce qui rend le diagnostic plus difficile. De plus, les manifestations de la fibrillation auriculaire évoluent avec le temps. De symptomatique, elle peut devenir asymptomatique lorsqu'elle devient permanente ou elle peut se manifester que lors de périodes de crise. Ces différences dans les manifestations de la fibrillation auriculaire rendent sa gestion et son traitement parfois difficiles.

Les conséquences

  • Attaque cérébrale
    La principale conséquence de la fibrillation auriculaire est la multiplication par cinq du risque d'attaque cérébrale chez les personnes qui souffrent de cette maladie. En effet, la fibrillation auriculaire favorise la formation de caillots qui sont lâchés dans la circulation générale. Si un caillot obstrue une artère du cerveau, arrive alors l’accident vasculaire cérébral (AVC). Les AVC chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire sont souvent graves, et affichent un taux de mortalité et de récidive supérieur aux autres cas d'attaques cérébrales. En Suisse, l'attaque cérébrale est la troisième cause de mortalité et aussi la 3ème cause d'invalidité chez l’adulte.
  • Insuffisance cardiaque
    La fibrillation auriculaire, en provoquant des anomalies structurelles dans le fonctionnement du cœur, peut provoquer l’insuffisance cardiaque. Pour compenser la réduction du débit du cœur, la paroi auriculaire puis la paroi ventriculaire s'épaississent; puis une fibrose se développe avec altération des fibres myocardiques. Ceci va à terme provoquer une insuffisance cardiaque. On estime qu'un tiers des patients souffrant d’insuffisance cardiaque présentent également des épisodes de fibrillation auriculaire.

Les examens médicaux

Pour poser le diagnostic de l’arythmie. l’histoire médicale du patent est essentielle. C'est pourquoi le médecin posera des questions détaillées avant d’effectuer les examens appropriés pour établir un diagnostic précis. Ces examens médicaux peuvent inclure:

Traitement

  • Le contrôle du rythme
    Le contrôle du rythme est atteint soit par le biais de médicaments, soit par l'utilisation d'un défibrillateur. Les médicaments utilisés sont appelés anti-arythmiques. Ils peuvent transformer un rythme anormal en rythme normal et empêcher le rythme anormal de se reproduire. La deuxième stratégie consiste en l'utilisation d'un défibrillateur qui émet un choc électrique contrôlé au cœur, et permet de transformer une fibrillation auriculaire en un rythme normal. ll existe également une technique opératoire, appelée ablation, dans la veine pulmonaire durant laquelle le médecin pratique l'ablation ou isole des zones qui causent la fibrillation auriculaire
  • La contrôle de la fréquence
    Lorsque le médecin choisit le contrôle de la fréquence, plusieurs médicaments sont à sa disposition. Cette stratégie permet de maîtriser la fibrillation auriculaire, mais pas de la faire disparaître. La fréquence cardiaque peut également être contrôlée par le biais d'une opération: un cardiologue implante un stimulateur cardiaque chez le patient.
  • Fluidification du sang (inhibition de la coagulation ou anticoagulation)
    L'anticoagulation (fluidification du sang) aide à prévenir la formation de caillots sanguins est donc cruciale pour la plupart des personnes qui souffrent de fibrillation auriculaire, puisque celles-ci sont exposées à un risque plus élevé d’AVC. Ce traitement est très efficace pour diminuer le risque d’AVC et n’augmente que peu le risque d’hémorragies. Des patients anticoagulés doivent suivre des contrôles réguliers chez leur médecin et connaître quelques consignes de base afin de garantir le succès du traitement.

Il existe de multiples façons de gérer la fibrillation auriculaire, et chacune, des anticoagulants aux défibrillateurs en passant par la chirurgie ablative, ont leur place dans la gestion de cette maladie. La tendance en matière de contrôler la fibrillation auriculaire s’oriente aujourd’hui vers une réduction de l’hospitalisation et de la mortalité par une nouvelle génération de médicaments.

Prévention

Le facteur de risque le plus important pour des troubles de rythme est l’âge, qu’on ne peut évidemment pas changer. Par contre, un style de vie sain peut diminuer le risque de développement des troubles de rythme. Il faut éviter les facteurs qui peuvent développer la maladie tels que l’alcool et tabac (tous les deux des stimulants qui font battre le cœur plus vite). La prévention doit inclure une activité physique régulière, qui permet d’éviter le développement du surpoids, de l’obésité et de l’hypertension artérielle.

Il faut donc prendre en considération:

  • la consommation de tabac
  • la consommation excessive d'alcool et l'alcoolisme chronique
  • l'obésité ainsi que les habitudes alimentaires
  • le statut après infarctus du myocarde
  • l'insuffisance cardiaque
  • une tension artérielle élevée
  • des maladies cardio-vasculaires pré-existantes

Participants recherchés

SWISS-AF est une étude scientifique qui concerne les patients souffrant de fibrillation auriculaire en Suisse. Êtes-vous intéressé-e à participer? Plus sur l'édude SWISS-AF.

En savoir plus

La fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est le plus fréquent trouble du rythme cardiaque. En comparaison avec d’autres maladies où le cœur perd son rythme normal, ce n’est pas ici le trouble du rythme lui-même qui est dangereux, mais bien plus ses possibles conséquences comme l’attaque cérébrale et l’insuffisance cardiaque. La brochure décrit les différentes formes de fibrillation auriculaire, leurs symptômes et les types de traitement correspondants.

Commander ici

Partager le site Internet