Aménager le quotidien

Après votre maladie cardiovasculaire vous avez peut-être besoin d'aide pour des choses qu'auparavant vous accomplissiez seul, ou quelques activités de loisirs et des hobbys vous sont désormais interdits. Certaines modifications sont particulièrement radicales si vous exerciez avant une profession qu’il vous est impossible de reprendre.

Mais en dépit de ces limitations, il reste possible de s'organiser un quotidien diversifié.

  • Efforcez-vous de passer vos journées de manière aussi active que possible. Cela vous aide à garder votre mobilité d'esprit aussi bien que physique. Accordez-vous aussi suffisamment de pauses de repos.
  • Tenez-vous-en à un programme journalier structuré dans lequel différentes activités trouvent place: se lever, soins corporels, repas, hobbys, soigner ses contacts, thérapies, temps de repos, etc.
  • Exercez vos aptitudes pas uniquement pendant les heures prévues pour la thérapie, mais aussi à la maison - même si vos fonctions endommagées ne s'améliorent que lentement.
  • En dépit du ou des handicaps, vous pouvez apprendre plein de choses nouvelles, vous découvrir un hobby, pratiquer un sport ou faire des excursions. Cherchez bien les activités de loisirs qui pourraient vous faire plaisir.
  • Soignez vos contacts avec les autres. Beaucoup de patients ont tendance à se retirer de la vie sociale et communautaire parce qu'ils ont honte de leur handicap. Il n'y a à cela aucune raison valable.
  • Veillez aussi à ce que vos proches aient encore suffisamment de temps pour se reposer, ou à consacrer à leurs propres intérêts ou amis.

Prise en charge et soins à domicile

Il peut être difficile pour vous et vos proches d'accepter cette nouvelle situation - cela requiert beaucoup de bonne volonté et de compréhension mutuelle.

  • Ne sollicitez que l'aide dont vous avez effectivement besoin. Essayez au maximum de vous débrouiller seul-e - même si c'est plus long qu'avant. Car c'est votre unique moyen d'entraîner et d'améliorer les fonctions sauvegardées .
  • Utilisez, vous et vos proches, les moyens auxiliaires qui facilitent les soins, par exemple un lit de soins ou un siège de toilette spécial. Mais gardez-vous de tout excès.
  • Veillez à aménager votre domicile d’une manière qui corresponde à vos besoins. Barres de maintien, tapis antiglisse, rampes, aides à la marche ou lifts de baignoire peuvent vraiment faciliter votre quotidien et vous redonner une part d’autonomie.
  • Continuez toujours à exercer des capacités dont vous pensez qu'elles ne reviendront pas. Après une attaque cérébrale, des progrès sont toujours possibles des mois et des années après. Ainsi, beaucoup de patients apprennent de nouveau à marcher même s'ils ne peuvent se déplacer qu’en fauteuil roulant immédiatement après l'accident.
  • À s'occuper de vous, vos proches supportent une lourde charge. Veillez à ce qu'ils bénéficient d’un soutien. Vos proches ne peuvent ni ne doivent maîtriser seuls toutes ces tâches. Sollicitez des services capables de les en décharger (par exemple Spitex) et les groupes d’entraide ou de patients.
  • Faites-vous conseiller si vous rencontrez des problèmes sanitaires, sociaux ou financiers. Vos premiers interlocuteurs sont par exemple le médecin de famille, les services de santé ou sociaux de la commune, l’AI/AVS, les assurances santé ou les organisations de santé. 

En savoir plus

Opération du coeur - et ensuite?

Une opération du coeur, il est normal qu'on la redoute. La brochure vous aide à surmonter vos craintes puis qu'elle répond aux questions qu'on se pose sur les douleurs et les complications éventuelles consécutives à l'opération, sur la réadaptation, mais aussi sur les mesures thérapeutiques qui s'imposent.

Commander ici


Vivre après l'attaque cérébrale

Guide pour les victimes d'une attaque cérébrale et leurs proches. Les malades apprennent comment reconstruire leur vie au quotidien, quels sont les spécialistes qui les accompagneront et les moyens auxiliaires à leur disposition. Des informations détaillées sur les prestations de conseil et de soutien encouragent à appréhender activement la période de réadaptation après une attaque cérébrale.

Commander ici

Partager le site Internet