Hypertension

D’où vien la tension artérielle

Une tension artérielle normale a une importance vitale. Le sang doit pouvoir circuler dans les vaisseaux jusqu’aux organes et aux tissus, et pour cela il doit régner une certaine pression à l’intérieur du système vasculaire. Deux mécanismes sont à l’œuvre pour l’y aider: le mouvement de pompe rythmique du cœur et la résistance de la paroi des vaisseaux.

Lorsque le muscle cardiaque se contracte et éjecte le sang, cela crée une pression plus élevée dans les artères. Ensuite, lorsque le cœur se relâche et se remplit à nouveau de sang, la pression redescend peu à peu dans les artères. Mais elle n’est jamais nulle: les parois élastiques et musculaires des artères sont ainsi faites que la tension artérielle entre les coups de pompe du cœur reste suffisamment élevée pour que le sang continue à circuler.

Ces oscillations rythmiques de la tension artérielle sont à la base des mesures. Elles permettent de distinguer deux valeurs de tension artérielle:

  • La valeur supérieure ou systolique. Elle correspond au moment où le cœur se contracte et où la pression dans les vaisseaux est la plus haute (systole).
  • La valeur inférieure ou diastolique. Elle correspond au moment où le cœur se relâche et où la pression dans les vaisseaux est la plus basse (diastole). 

La tension artérielle varie

Il est normal que la tension artérielle varie. Ces variations sont commandées par le cerveau, c’est-à-dire par le système nerveux végétatif. D’autres systèmes métaboliques et organes, par exemples les reins et glandes surrénales, contribuent également à la régulation de la tension artérielle. Ces variations se manifestent au cours de la journée, la tension artérielle étant maximale après le lever. Le midi, elle diminue un peu, puis augmente à nouveau en fin d’après-midi et en soirée. C’est dans la nuit, pendant le sommeil, que la tension est la plus basse. Les surcharges physiques ou psychiques font aussi monter momentanément la tension. Citons entre autres les efforts physiques, les activités sportives, les énervements de toutes sortes, le stress, le bruit ou l’angoisse.

Tension normale

«mmHg» signifie «millimètres de mercure», c’est l’unité de mesure de la tension artérielle. Les spécialistes classent la tension normale en fonction des catégories suivantes:

valeur systolique valeur diastolique
tension artérielle optimale inférieure à 120 mmHg inférieure à 80 mmHg
tension artérielle normale de 120 mmHg à 129 mmHg de 80 mmHg à 84 mmHg
tension artérielle normale élevée de 130 mmHg à 139 mmHg de 85 mmHg à 89 mmHg

Tension trop élevée

On parle d’hypertension artérielle quand les valeurs tensionnelles dépassent 140/90 mmHg, mais aussi si une seule des deux valeurs dépasse la limite. Une hypertension artérielle systolique isolée, où seule la valeur systolique est trop haute, se rencontre fréquemment avant tout chez les personnes âgées. On distingue trois degrés de gravité de l’hypertension:

valeur systolique valeur diastolique
hypertension légère de 140 à 159 mmHg de 90 à 99 mmHg
hypertension modérée de 160 à 179 mmHg de 100 à 109 mmHg
hypertension sévère 180 mmHg et plus 110 mmHg et plus

Dans la mesure où la tension artérielle varie en cours de journée, on ne posera de diagnostic d’hypertension qu’après trois mesures au moins où l’on aura constaté une élévation de la tension, et ce, à différentes heures et différents jours. Si vous constatez des chiffres trop élevés lors d’une mesure effectuée en pharmacie ou vous-même, consultez un médecin pour faire contrôler votre tension artérielle.

Hypertension subite

Si votre tension artérielle est subitement plus haute que d'habitude lors d'une mesure, cela peut représenter un risque pour votre système cardio-vasculaire. En général, dans une telle situation, il suffit d'attendre un peu et de reprendre la tension un peu plus tard. En revanche, si l'hypertension subite s'accompagne d'au moins un des symptômes suivants, il faut immédiatement appeler les secours médicaux (numéro d'appel d'urgence 144):

  • Douleurs, sensation de brûlure ou de forte oppression dans la poitrine
  • Difficultés à respirer
  • Crampes (ressemblant à une crise d'épilepsie et non crampes dans le mollet)
  • Paralysie ou troubles de l'élocution
  • Fortes nausées avec ou sans vomissements
  • Vision floue
  • Saignements de nez
  • Somnolence marquée, vertiges 

L’hypotension

Du point de vue médical, une tension artérielle basse (hypotension) ne pose aucun problème. Elle est même avantageuse pour le cœur et les vaisseaux sanguins. Elle est en général héréditaire. D’après la définition de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), on parle d’hypotension lorsque la valeur systolique (la plus élevée) est inférieure à 100 mmHg et/ou la valeur diastolique (la plus basse) inférieure à 60 mmHg.

L’hypotension peut entraîner les symptômes suivants:

  • vertiges, étourdissements au lever
  • froid aux mains et aux pieds
  • fatigue et/ou troubles de la concentration le matin et après manger.

Ces troubles peuvent être désagréables et altérer la qualité de vie. Mais en principe, l’hypotension héréditaire ne présente pas de risques pour la santé. Un traitement n’est indiqué qu’en cas de symptômes désagréables et se compose de: 

  • consommation accrue de sel (resaler les aliments par exemple)
  • consommation suffisante d’eau (2 à 2,5 litres par jour)
  • hydrothérapie (douches alternantes, cures Kneipp, massages à la brosse, sauna)
  • entraînement de musculation (pompes, squats, haltères)

Les médicaments sont rarement indiqués et n’apportent généralement pas grand-chose.

Quand consulter un médecin?

  • Si l’hypotension porte durablement préjudice au bien-être et s’il y a risque de blessures, par exem-ple par chutes.
  • Si elle semble être le signe d’une autre maladie.
  • Si elle est liée à la prise de médicaments. 

Partager le site Internet