Newsroom

Le fait d’avoir un infarctus du myocarde ou une attaque cérébrale, est-ce la faute des gènes? Et si oui, une personne concernée peut-elle abaisser son risque en dépit de mauvaises prédispositions? De nouvelles découvertes nourrissent l’optimisme: les gènes ne déterminent pas à eux seuls notre destin. plus >>à l'article: L'infarctus du myocarde peut-il se transmettre?
Les cardiologues n’ont de cesse de recommander l’activité physique, que ce soit à titre préventif contre les maladies cardio-vasculaires ou thérapeutique après un accident. Mais comment mettre en oeuvre ce bon conseil, en particulier quand on manque de temps et de motivation? Nous vous montrons ici comme il est facile et bénéfique de s’y mettre ou remettre. plus >>à l'article: Plus d’activité physique: pour que ça marche
Lorsque les artères coronaires sont rétrécies, deux interventions sont possibles: l’implantation d’un stent remédie au rétrécissement, l’opération de pontage le contourne. Mais quand quelle intervention est-elle indiquée? Le professeur Lorenz Räber, responsable du laboratoire de cathétérisme cardiaque à l’Hôpital de l’Île à Berne, explique les différences et les progrès. plus >>à l'article: Maladie coronarienne: stent ou pontage?
Participez à la vente aux enchères de notre timbre anniversaire au format tableau et soutenez ainsi les enfants atteints d’une cardiopathie plus >>à l'article: Tableau du timbre qui fait battre le cœur
Le médecin de campagne anglais Edward Jenner mit non seulement au point le vaccin contre la variole, il fit aussi en 1793 une observation capitale: sur le cadavre d’un patient atteint d’angine de poitrine, il remarqua que les artères coronaires étaient très épaissies. Plus tard, on en déduisit l’hypothèse du cholestérol, à savoir le fait que l’accumulation de lipides dans les artères a une responsabilité dans l’apparition de l’athérosclérose. plus >>à l'article: Grandes étapes de la médecine cardiaque: les hypolipémiants
L’attaque cérébrale frappe en Suisse toutes les 30 minutes. Un quart des 16000 victimes par an en meurt, un tiers reste durablement handicapé. Bien des souffrances pourraient être évitées si les témoins d’une attaque cérébrale réagissaient vite et bien. C’est pourquoi la Fondation Suisse de Cardiologie informe le grand public des principaux symptômes qui doivent conduire à alerter immédiatement le numéro d’urgence 144. plus >>à l'article: Reconnaître l’attaque cérébrale, réagir vite et bien
À 45 ans, Giuseppina Iorillo s’est vu communiquer le diagnostic d’insuffisance cardiaque. Des médicaments et un défibrillateur implanté stabilisent et surveillent son coeur affaibli. Mais six ans plus tard, elle a encore bien du mal à vivre avec la maladie. plus >>à l'article: Rester fort avec un coeur affaibli
Le stress permanent porte atteinte à notre santé, y compris cardiaque. Mais comment faire pour réduire ces tensions? Notre rédacteur a testé pour vous des stratégies afin de démarrer la nouvelle année plus détendu. plus >>à l'article: Peut-on réduire le stress?
En forme en toute saison: une bonne idée pour les personnes en bonne santé aussi bien que pour les patients cardiaques. Les personnes ayant subi un infarctus du myocarde, dont les artères coronaires sont rétrécies, qui souffrent d’hypertension artérielle ou d’autres maladies cardio-vasculaires ont donc tout intérêt à avoir une activité physique régulière en hiver. Dans l’idéal, on conseille 2 ½ heures par semaine d’activités de tous les jours ou de sport d’intensité au moins moyenne. plus >>à l'article: Activité physique en hiver
On utilise déjà les pompes cardiaques pour l’assistance aux personnes atteintes d’insuffisance cardiaque sévère. Seront-elles bientôt une alternative à la greffe du cœur? Oui, dit le professeur Markus Wilhelm, chef de clinique à responsabilité élargie à la clinique de chirurgie cardio-vasculaire de l’Hôpital universitaire de Zurich. Mais d’ici là, il reste des inconvénients majeurs à éliminer. plus >>à l'article: Pompes cardiaques: la solution en cas d’insuffisance cardiaque sévère?

Partager le site Internet