Newsroom

L’être humain possède quatre valves cardiaques. Plus il vieillit, plus les maladies de ces valves sont fréquentes: elles se calcifient, se rétrécissent ou perdent leur étanchéité. Les conséquences peuvent être graves: si l’organisme n’est pas suffisamment irrigué, les personnes touchées souffrent de dyspnées (difficultés respiratoires), fatigabilité, troubles du rythme cardiaque et syncopes. plus >>à l'article: Grandes étapes de la médecine cardiaque: valves cardiaques artificielles
Les chaudes journées de l’été ne sont pas faciles pour les personnes atteintes de maladies cardio-vasculaires. Que faire quand la température monte? Voici quelques conseils bien frais: plus >>à l'article: Déjouer la canicule estivale
Il y a 40 ans, à Zurich, on utilisait pour la première fois au monde un petit ballon pour dilater une artère coronaire rétrécie. Il s’agissait d’un progrès énorme dans le traitement de l’angine de poitrine et de l’infarctus du myocarde. L’inconvénient de la dilatation par ballonnet était que l’artère avait tendance à se rétrécir à nouveau par la suite. D’où l’idée d’une armature capable de maintenir le vaisseau sanguin ouvert. plus >>à l'article: Grandes étapes de la médecine cardiaque: Implantation de stents
Pour que les vacances se passent sans mauvaise surprise, il est important de bien les préparer, en particulier en cas de maladie de cœur. Si une intervention a eu lieu récemment, il faut penser à quelques points supplémentaires. C’est pourquoi la Fondation Suisse de Cardiologie propose le dépliant «Pour voyager le cœur léger: conseils aux patients avec une maladie cardio-vasculaire». plus >>à l'article: Voyager en toute sécurité avec une maladie de cœur
Seule une petite partie des victimes d’attaque cérébrale aiguë reçoivent le traitement standard par thrombolyse. En effet, le risque d’hémorragie potentiellement mortelle est souvent considéré comme trop grand. Or, l’analyse d’une banque de données internationale montre à présent que plus de patients pourraient bénéficier de ce traitement. Pour ces travaux de recherche, PD Dr Henrik Gensicke de l’Université de Bâle se voit attribuer le Prix de la recherche 2018 de la Fondation Suisse de Cardiologie doté de 20'000 francs. plus >>à l'article: Plus de patients pourraient bénéficier d’un traitement de l’attaque cérébrale
Le fait d’avoir un infarctus du myocarde ou une attaque cérébrale, est-ce la faute des gènes? Et si oui, une personne concernée peut-elle abaisser son risque en dépit de mauvaises prédispositions? De nouvelles découvertes nourrissent l’optimisme: les gènes ne déterminent pas à eux seuls notre destin. plus >>à l'article: L'infarctus du myocarde peut-il se transmettre?
Les cardiologues n’ont de cesse de recommander l’activité physique, que ce soit à titre préventif contre les maladies cardio-vasculaires ou thérapeutique après un accident. Mais comment mettre en oeuvre ce bon conseil, en particulier quand on manque de temps et de motivation? Nous vous montrons ici comme il est facile et bénéfique de s’y mettre ou remettre. plus >>à l'article: Plus d’activité physique: pour que ça marche
Lorsque les artères coronaires sont rétrécies, deux interventions sont possibles: l’implantation d’un stent remédie au rétrécissement, l’opération de pontage le contourne. Mais quand quelle intervention est-elle indiquée? Le professeur Lorenz Räber, responsable du laboratoire de cathétérisme cardiaque à l’Hôpital de l’Île à Berne, explique les différences et les progrès. plus >>à l'article: Maladie coronarienne: stent ou pontage?
Participez à la vente aux enchères de notre timbre anniversaire au format tableau et soutenez ainsi les enfants atteints d’une cardiopathie plus >>à l'article: Tableau du timbre qui fait battre le cœur
Le médecin de campagne anglais Edward Jenner mit non seulement au point le vaccin contre la variole, il fit aussi en 1793 une observation capitale: sur le cadavre d’un patient atteint d’angine de poitrine, il remarqua que les artères coronaires étaient très épaissies. Plus tard, on en déduisit l’hypothèse du cholestérol, à savoir le fait que l’accumulation de lipides dans les artères a une responsabilité dans l’apparition de l’athérosclérose. plus >>à l'article: Grandes étapes de la médecine cardiaque: les hypolipémiants

Partager le site Internet